Une journée de dingue (partie 1)

Bip… Bip… Bip… Comment ça bip-bip?! Putain de réveil! Et putain de moment où tu sens que tu pourrais te rendormir en te laissant bercer par les bips. En fait c’est pas les bips le plus relou, c’est la pression qu’il faut se mettre quand on les entend. Comment j’ai trop envie de rester dans mon pieu! Non! Je suis plus fort que ça! Je me lève d’un coup, me dirige vers la salle de bain -bip bip- merde j’ai pas éteint le réveil! Un tour dans la cuisine, le lait a une couleur chelou, tant pis! -bip bip- Je fourre deux gâteaux dans ma bouche, à mâcher sur le trajet. Allez go!
Cool le bus direct! Je monte dedans, je me pose à côté de la plus belle nana, comme d’hab. Elle tourne la tête vers moi, me fixe. J’hallucine! Je suis même gêné. J’ai vraiment l’impression qu’on pourrait s’embrasser, je le sens et en même temps plusieurs gifles d’autres meufs m’ont déjà fait comprendre que je m’étais trompé dans ma lecture de la situation. Allez je me lance. Mais non c’est pas vrai! On s’embrasse! On a même pas parlé! Non mais là c’est le plus beau jour de ma vie! Je jette un œil par la fenêtre, le conducteur a fait décoller le bus d’un coup de joystick pour éviter les embouteillages. -bip bip- Hein quoi? Meeeeerde! Mais je dors encore en fait! Je me me disais bien que ça avait l’air trop facile, pas assez de détails inutiles, de gouttes d’eau par terre, de tâches sur les vêtements…
Bon, il faut tout recommencer à zéro!
Allez j’ouvre les yeux. Le réveil est à l’autre bout de la pièce, j’ai fait ça pour éviter de me rendormir aussitôt. Il paraît que les indiens buvaient beaucoup d’eau les veilles de combats, histoire d’être sûrs de se réveiller avant l’ennemi. J’ai déjà essayé, c’est vrai que j’ai défoncé deux tribus mais par contre mon lit était trempé!
Cette fois à la douche! L’eau un coup brûlante, un coup glaciale. Cette douche se fout de ma gueule, elle doit être pote avec le réveil. Les objets, tous unis contre moi! Le pire dans la douche c’est d’en sortir, d’essuyer chaque goutte. Enfin moi je me prend pas la tête, souvent je laisse mes fringues finir le taf…

Allez c’est parti pour une journée de taf! Un bon bol de céréales avec du lait (bon ok, un café avec une clope) et en route pour l’arrêt de bus.
Cinq minutes d’attente, ça va y’a pire. Je me cale à côté d’une meuf, seule sur le banc.
Le bus arrive, la meuf n’est plus assise à côté de moi mais debout deux mètres plus loin. Je sais plus ce que je lui ai dit mais je pense qu’elle n’a pas su apprécier ma finesse d’esprit et mon côté très tactile. Elle revient vers l’arrêt de bus en m’ignorant, sans doute pour me faire réagir. Je ne rentre pas dans son jeu, je l’ignore aussi, je pense que c’est mieux pour tous les deux. J’hésite à la laisser monter avant moi dans le bus mais je me demande si la galanterie c’est pas un peu ringard. Je passe devant elle, me pose sur le seul siège de libre, toujours pour pas paraître trop galant ou macho.
La meuf ne me calcule plus du tout! Je la cherche discrètement du regard, toujours rien. Comme par hasard la seule passagère qui me regarde est pas terrible. Par contre elle me regarde avec insistance et moi je lui fais comprendre que les femmes enceintes c’est pas trop mon délire. Direct la meuf va draguer un autre mec avec la même technique: en se tenant le ventre avec un regard de victime. Le mec refuse ses avances mais par contre lui offre sa place en consolation. C’est sympa ça! Un petit « merci » quand même, mais vraiment d’un air nonchalant comme si c’était normal. Ah les gens j’te jure!

Mon arrêt! A force de me faire draguer dans les transports je ne vois plus le temps passer. Je me lève. La vieille qui était plantée à côté de moi me vole aussitôt ma place (typique). Je descends.
Mon taf est un peu dur à expliquer comme ça, y’a plein de calculs à faire, faut pas se tromper dans les commandes des clients, certains sont intraitables. Tu te plantes dans la commande, t’es mort!

-Un paquet de chewing-gum, me demande mon premier client.

Je m’exécute pour pas le contrarier.

-A la menthe s’il vous plaît, précise le client difficile.

Aussitôt servi, le mec retourne dans la foule. Pas de client juste après lui, j’en profite pour jeter un œil sur mon tel pour voir si j’ai pas un match sur Pinter, un site pour rencontrer des meufs. Ah! Jennifer, vingt-deux ans, étudiante. La coquine, me persuadais-je. Et pas mal foutue en plus! Je lui glisse direct un petit

📱-bjr toi

Le site m’indique qu’elle a lu mon message. Merde elle répond pas! Trop familier peut-être. J’essaye de me rattraper:

📱-Moi c Vincent, j’habite Paris, je suis commerçant, g 29 ans, et toi?

📱-Coucou  me répond-elle enfin. Je suis étudiante en marketing-management. Et toi tu vends quoi?

📱-Bah moi je touche à pas mal de domaines, presse écrite, distribution de grandes marques…

📱-Ah ok c’est cool ça! Répond Jennifer.

Merde une cliente!

-Bonjour monsieur. Un paquet de chewing-gum à la menthe s’il vous plaît.

Mais c’est pas vrai, ils ont tous oublié de se laver les dents ce matin ou quoi?

-Tenez madame, un euro trente s’il vous plaît.

Elle part et revient aussitôt:

-Monsieur, vous m’avez donné goût pomme et pas menthe.

-Excusez-moi c’est la couleur.

La relou!! Et puis eux pourquoi ils nous mettent la pomme de la même couleur que la menthe?
Bon vite, retour à Pinter. Ouf, Jennifer est toujours connectée.

📱-Pardon j’ai eu une commande plutôt compliquée. Ai-je à peine exagéré.

📱-Pa 2 souci  me répond-elle.

📱-Et tu fais quoi là tout de suite Jenny?

📱-Je suis en cours là, c chiant! Et toi tu fai quoi?

📱-Bah moi je fais tourner le business quoi…

📱-Ah oui? Et ça marche bien? Me fait la petite meuf.

📱-Ca va, ça va, y’a de la demande! N’ai-je pas menti.

-Un Twix s’il vous plaît!

Merde c’est dur de jongler entre le virtuel et le réel. Je récite mon texte:

-Un euro cinquante s’il vous plaît.

-Merci Monsieur me dit-t-elle.

Je lui souris, la main sur mon tel, prêt à Pinteriser la petite Jenny. Toujours là la coquine!

📱-Et tu cherches quoi sur Pinter Vincent?

Merde, je vais pas dire « du sexe » quand même!

📱-Bah avant tout, rencontrer une fille sympa.

📱-Je suis sympa moi  me sort Jenny.

📱-Je n’en doute pas Jenn! Et tu termines les cours à quelle heure aujourd’hui?

📱-17h

📱-Ok Jenny. Et ça te di kon se boive un ptit ver?

📱-Un petit ver pourkoi pa, mais je te préviens ça n’ira pa plu loin, essaye-t-elle de me castrer.

J’approuve à contre-coeur sa déclaration de bonne-sœur. On échange quelques banalités pour la rassurer, puis nos numéros. Eh, je me débrouille pas si mal sur le net! Reste plus qu’à pas faire mon crevard quand on se verra. Je kife!

-Monsieur? Me chauffe une cliente.

-Oui Madame?

-Je vous ai demandé un paquet de chewing-gum à la fraise, vous m’avez donné pomme.

-Excusez-moi Madame, j’ai confondu à cause de la couleur.

Elle fait semblant d’avoir compris mon excuse bidon et se barre avec son paquet rouge. J’enregistre le numéro de Jenny et lui envoie un texto:

📱-Coucou Jenny, c Vincent.

📱-Je m’en serai douté  répond-elle.

📱-Alors 17h30 sur le quai de la ligne 1 à Châtelet direction Vincennes ça te va?

📱-Ok pour moi, m’écrit-elle.

Un rendez-vous! Merci Pinter!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s