Zékri un peu au féminin…

  • Talons? Pas talons? Bon, je mets mes talons et j’emmène des chaussures dans mon sac, comme ça quand j’aurais trop mal aux pieds je switcherai. Les talons ça me fait un plus joli cul, et puis j’aime bien être plus grande. Allez c’est parti pour une journée de taf. Je sors de mon immeuble et me dirige vers la station de tramway. Je croise deux mecs sur le même trottoir. Les deux me matent. Normal, je suis habillée plutôt sexy là. Quasi tous les hommes me regardent quand je suis sapée comme ça. C’est pas si désagréable de sentir le regard des inconnus m’accompagner pour quelques mètres. Et puis en plus j’ai même pas à leur rendre la pareille. Souvent je fais semblant de pas les capter, sinon je m’en sortirai pas. Déjà deux likes visuels aujourd’hui en moins de cinq minutes. Ah, je vais croiser une meuf maintenant. Va-t-elle me mater, elle aussi? Ah… ah… suspens… et oui! Oula c’est pas un regard très sympa ça… Bah oui qu’est’tu veux, j’suis plus bonne que toi ma grande. Et alors? C’est dingue ce que les meufs peuvent être jalouses. Limite je préfère le regard de ces chiens-chiens de mecs, toujours prêts à me venir en aide ou à me payer un verre avant même d’avoir parlé avec moi. Alors que ma pote Stephanie, elle, elle peut crever la gueule ouverte en pleine rue, personne va l’aider. Bah oui, elle est enrobée et pleine d’imperfections (j’aime pas dire grosse et moche), donc les mecs s’en foutent. C’est triste mais c’est comme ça.
    J’arrive à la station et monte sur le quai. Deux minutes d’attente. Je marche vers l’autre bout du quai pour être plus proche de mon taf en descendant. Au milieu du quai, trois jeunes mecs discutent, assis sur un banc. Sans doute des lycéens. L’un d’eux me voit arriver, il parle de moi à ses potes. Un de ses potes se retourne sans scrupule. Je le vois du coin de l’œil mais je ne laisse rien paraître. Le dernier finit par me regarder à son tour. Je marche. Ils parlent encore de moi j’ai l’impression. Je me suis toujours demandé comment réagiraient les mecs si on leur rendait leurs regards. J’imagine qu’ils ne se sentiraient plus pisser. Tiens finalement je vais m’arrêter pas loin d’eux, juste pour m’amuser, me sentir flattée, discret, gratos. C’est quand même con un mec sur ce point là! Plus on ressemble aux meufs des magazines, plus ils matent, c’est aussi bête que ça. Le tram arrive, je monte par la même porte que les trois jeunes, toujours sans les calculer. Je me pose sur un strapontin, pas loin d’eux. Je me regarde dans la vitre et j’en profite pour les mater aussi. Qu’est ce qu’on ferait sans les vitres?! Je sors mon portable, pas de messages, bon je le remets dans sa poche. J’aime bien dire que c’est SA poche, déjà il la squatte tout le temps, et puis ça fait marrer les gens quand je le dis. Je le ressors même pas dix secondes après en faisant mine que j’ai reçu un message, j’aime pas ne rien faire de mes mains en public. Voyons si les gens autour de moi sont comme moi… eh bien j’ai l’impression que oui. Une dame en face de moi lit un livre, une autre regarde le plan de la ligne, les jeunes qui me mataient parlent, un autre jeune tout seul écoute de la musique… personne ne reste assis à ne rien faire. Regarder le plan de la ligne c’est pas mal ça, quand on vient de ranger son portable et qu’on sait pas quelle pause prendre, on lève la tête avec les paupières légèrement plissées, on fait semblant de chercher sa station… Justement, voilà ma station! Allez hop c’est parti, je descends du tram et me dirige vers mon taf. Je vais passer devant la boulangerie, j’hésite à y faire escale pour m’acheter un éclair au chocolat. Je ralentis. J’hésite. Je sors mon portable et regarde l’heure, comme si j’allais faire en fonction. « La pauvre, elle est pressée par le temps, elle hésite même à prendre un petit-dej » pourrait très bien se dire un passant en me voyant. Faut que j’arrête cette obsession du regard des autres. En même temps si je ne me souciais pas du regard des autres dans un moment comme celui-là, je ferais les cent pas devant la boulangerie en matant l’éclair à travers la vitre. La honte! Ça ferait vraiment gamine. C’est pas juste d’ailleurs, un gamin ferait ça, on dirait que c’est normal. Un adulte qui sautille ou qui tourne autour d’un poteau dans la rue, y’a pas photo, c’est un taré. Mais qu’est ce qui fait que c’est un taré? Le fait qu’il ait envie de tourner autour du poteau ou le fait qu’il soit pas conscient qu’un adulte ne doit pas faire ça? Bon, trêve de réflexion, j’arrive au taf. Bruno est à l’accueil, comme d’hab.

-Salut Bruno! Je lui dis.

-Salut Sandra! Tu vas bien?

-Très bien, très bien. Normalement y’a Madame Demaria qui va appeler vers 10h30, tu pourras la transférer sur ma ligne?

-Ok Sandra, ça marche.

-Ah oui, et aussi […]

Pendant que je lui explique quelques détails, je m’approche de lui, me penche en m’appuyant sur son bureau de manière à ce qu’il voit bien mon décolleté. J’adore lui faire ça, le pauvre, y’a forcément une fraction de seconde où il va craquer et regarder mes seins au lieu de mes yeux. Je suis dure avec lui quand même… en plus il est timide de nature et je vois qu’il fait tout pour pas suivre son instinct. Bon en même temps il saura jamais que je le fais exprès et moi je laisserai jamais paraître le fait que je capte presque à chaque fois la petite fraction de seconde ou ses yeux font un petit détour, donc c’est clean en fait. Et puis déjà que j’me suis pas arrêtée à la boulangerie… je vais pas non plus me priver de ce petit jeu tout gentil.

-[…] donc faudrait décaler la visite vers seize heures.

-Ok Sandra, c’est noté.

-Merci Bruno, à toute.

Je marche jusqu’à mon bureau, m’y assieds et allume mon ordi… j’ai quarante mille mails évidemment! Avant de me lancer dans la lecture des mails je vais faire un petit tour sur le site de rencontres sur lequel je me suis inscrite la semaine dernière. Dompte-un-mec-point-com, c’est comme ça que je l’appelle. Wah j’ai plein de messages ici aussi! Et dire que tous ces mecs payent pour être sur ce site alors que c’est gratis pour les meufs, comme dans certaines boites de nuit. C’est débile… mais ça marche! Les meufs s’inscrivent parce qu’elle s’y sentent comme des reines et les mecs parce qu’il y a des meufs.
J’ai déjà comparé mon compte avec celui d’un ami, aucun rapport! Il reçoit en moyenne deux-trois messages par jour maxi, j’en reçois au moins trente. Lui, si il a envie de sexe, il doit faire des courbettes, être poli, bien présenter… alors que moi en quelques clics je peux avoir tout Paris dans mon lit. Je me sens puissante quoi. Des fois, quand un mec dit un seul mot qui me déplaît, je le zappe. Hop! Next! Comme un patron qui choisit ses employés, comme un émir dans son harem. Ici, tous les mecs doivent faire semblant d’être des eunuques, sinon on leur coupe les couilles en les supprimant direct de nos contacts. Ça leur apprendra à s’être servi de leur supériorité physique pour nous soumettre pendant toutes ces années. Eh oui, la femme n’est plus le toutou de son mari ou de son père.

2 commentaires sur “Zékri un peu au féminin…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s